Observatoire de l'Enfance, de la Jeunesse et de l'Aide à la Jeunesse

Le bien-être à l'école

Le bien-être à l’école

Le désir d’apprendre... le plaisir d’enseigner. Le plaisir d’apprendre... le désir d’enseigner. Comment ces éléments se combinent-ils, se déclinent-ils dans les écoles ? Quels sont les effets d’une procédure démocratique sur la qualité de vie, le bien-être de chacun - élèves, maitres, personnel de cuisine ou d’entretien - dans une école ?

Bien-être à l’école, qualité de vie à l’école : ces questions semblent généralement étrangères aux échanges pédagogiques et sont souvent abordées sous l’angle de la santé, c’est-à-dire hors de la zone d’influence de l’école. Il en va de même du décrochage scolaire : des facteurs individuels, familiaux, même sociaux sont mis en avant. Il est beaucoup plus rare que l’atmosphère de l’école, ses méthodes pédagogiques, les relations entre enseignants et élèves, la passivité ou encore l’ennui des élèves soient questionnés.

Des indicateurs de bien-être

Dans un séminaire rassemblant des responsables, l’Observatoire de l’Enfance, de la Jeunesse et de l’Aide à la Jeunesse a souhaité attirer l’attention sur les éléments objectifs qui peuvent mesurer, pour les élèves, le bien-être à l’école et sur un processus dialogique d’action.

Plaisir, désir : Jacques Pain, professeur émérite à Paris X, a magistralement brossé le tableau en quatre angles des relations entre les élèves, l’institution scolaire et l’environnement et de la place que le désir d’apprendre occupe dans la relation scolaire. À télécharger Jacques Pain, Notes sur le bien-être à l’école (pdf).

Ensuite Isabelle Godin, chargée de cours à l’Ecole de Santé publique de l’ULB a montré, grâce aux résultats de l’enquête internationale HSBC (Health Behavior in School-Aged Children voir une synthèse de la publication pour 2006 (pdf). (OMS Europe)), répétée tous les 4 ans quels pourraient être les éléments sur lesquels agir. À télécharger la présentation d’Isabelle Godin - Données HBSC.

La construction collective d’indicateurs

Michel Vuillaume, proviseur du Lycée Schweitzer à Mulhouse et Sophie Pignalosa, enseignante ont décrit la façon dont ils ont, avec les 1000 élèves du lycée, tous les enseignants et le personnel administratif, technique et ouvrier, entamé et concrétisé l’amélioration des conditions de vie et du bien-être au lycée par un processus dialogique et itératif :

  • en mettant à plat les différents marqueurs du bien-être pour chacun des acteurs du lycée ;
  • en construisant par le dialogue et la négociation, les éléments constitutifs du bien-être spécifique au lycée ;
  • en élaborant un plan d’action ;
  • en pilotant ce plan d’action à partir des indicateurs construits collectivement.

À télécharger :

 

Haut de page