Observatoire de l'Enfance, de la Jeunesse et de l'Aide à la Jeunesse

L’échappée

Cohésion sociale, prévention spécialisée et acteurs de terrain : vues de France et de Suisse Romande

Deux journées d’exposés et de rencontre lors des journées nationales du Comité national de liaison des acteurs de la prévention spécialisée en France nous ont permis de découvrir le travail de recherche-action d’acteurs de terrain et d’approcher les similitudes et différences entre le travail des éducateurs de rue chez nous et en Suisse Romande.

Les journées nationales du Comité National de Liaison des Acteurs de la Prévention Spécialisée (CNLAPS) consistent à réunir des professionnel.le.s de la prévention spécialisée afin qu’ils et elles puissent mener une réflexion sur leur métier en associant les différent.e.s acteurs et actrices des politiques publiques. L’édition de novembre 2018 était consacrée aux liens entre éducation, cohésion sociale et prévention spécialisée. L’Observatoire avait été invité à présenter une communication sur les liens entre éducation (formelle et non formelle) et cohésion sociale en Fédération Wallonie-Bruxelles. 

L’exposé de Laurent Wicht  sur la question de la cohésion sociale en Suisse Romande nous a montré que les politiques publiques dites de «cohésion sociale » qui y sont déployées visent à l’amélioration d’un « vivre ensemble » local en se focalisant sur les effets (tensions, manifestations visibles de la «rupture» du lien social) plutôt que sur les causes (remontées des inégalités, effritement des cadres de protection collective) de l’ essor économique constatée dans le canton. Il a expliqué comment les professionnels dits « hors murs » (hors des murs institutionnels) ont, au fil des ans, tenté de la transformer le premier mandat qui leur est donné par les communes —réguler les problèmes visibles que posent les jeunes —pour arriver à avoir la marge de manœuvre suffisante pour faire émerger une problématique invisible, celle de la rupture de formation des jeunes. Cette réflexion n’est pas sans échos par rapport aux réalités vécues par une partie des travailleurs sociaux et de jeunesse chez nous.

Plusieurs ateliers organisés lors de ces journées nous ont donné l’occasion de découvrir le travail de recherche-action mené par des équipes de terrain. Des recherches-action sur le travail avec les jeunes en situation de consommations à risque ont notamment été présentées. Nous avons trouvé particulièrement intéressante la possibilité offerte à leurs travailleurs et travailleuses, par une série de service de première ligne, de dégager du temps pour développer des recherches et analyses de leurs pratiques et de celles des jeunes qu’ils accompagnent. Des supports d’expertise externes sont mobilisés de différentes manières pour soutenir les professionnel.le.s dans cette démarche.

Nous avons pu nouer, dans ce cadre, des contacts avec « l’Observatoire de la pratique des jeunes en développement du pouvoir d’agir » de Haute Savoie. Cet observatoire, créé en 2017, vise à proposer à des professionnel.le.s et bénévoles, acteurs et actrices des politiques jeunesse, des ressources pour  mener des recherches-actions fondées sur le développement du pouvoir d’agir des jeunes, la réflexion partenariale et collective. Les actions-recherche visent à transformer des situations concrètes, tout en formalisant des connaissances pratiques et des savoirs universitaires. Une collaboration est en cours de construction entre nos deux Observatoire

Pour en savoir plus :

https://www.cnlaps.fr/blogCNL/f%C3%A9liciations-pour-les-journ%C3%A9es-nationales-du-cnlaps

https://sauvegarde2savoie.fr/lobservatoire-de-pratique-jeunes/

Retour au sommaire de la lettre d'infos.