Observatoire de l'Enfance, de la Jeunesse et de l'Aide à la Jeunesse

EditObs

2019, année charnière

Cette année 2019 est une année emblématique pour les droits de l’enfant. Tout d’abord, la Belgique est auditionnée devant le Comité des droits de l’enfant des Nations Unies, sa dernière audition remontant à 2010. L’Observatoire, chargé par décret de l’accompagnement à la mise en œuvre du plan droits de l’enfant de la Fédération-Wallonie Bruxelles et par un accord de coopération de celui de la Wallonie (en collaboration avec la DICS) ainsi que de l’évaluation de ces plans sera présent ces 24 et 25 janvier à Genève pour répondre aux questions du Comité en ce qui concerne la Fédération. Ceci a supposé un énorme travail de coordination et de mobilisation des correspondant.e.s droits de l’enfant dans toutes les administrations et les cabinets. Le prochain plan sera élaboré après les élections de mai 2019. Nous déploierons notre énergie afin que le résultat des consultations d’enfants que nous avons menées en 2018 et qui continuent en 2019 soit réellement pris en compte dans l’élaboration de ce futur plan. Cette année est celle des 30 ans de la Convention Internationale des droits de l’enfant. Assisterons-nous à un sursaut à cette occasion ? Différents grands projets mis en place au niveau de la Fédération Wallonie-Bruxelles, qu’il s’agisse de la réforme de l’accueil de la petite enfance qui devrait être votée avant la fin de la législature (voir notre chiffre clé), l’entrée en vigueur du nouveau code portant la prévention et la protection dans l’aide à la jeunesse (voir notre focus législatif) ou les potentialités présentes dans le Pacte pour un enseignement d’excellence nous paraissent des signes encourageants.

Nous avons d’autant plus besoin de ces signes que le décès de la petite Mwada et la réouverture du centre fermés pour familles avec enfants en 2018 signe une évolution terriblement négative au niveau de la Belgique. De notre place, nous avons voulu marquer notre désaccord avec cette politique qui va à l’encontre de tous les traités internationaux. Nous avons rejoint la campagne « on n’enferme pas un enfant.point » et réalisé une vidéo pour l’expliquer[1].

L’espoir se trouve aussi du côté des jeunes eux-mêmes qui continuent à se mobiliser dans et hors des organisations constituées. Celles-ci ont un rôle central à jouer pour faire vivre une démocratie basée sur les droits humains, pour outiller les jeunes face aux discours, simplistes et haineux, pour soutenir les enfants et les jeunes dans le développement de leurs compétences et leur estime de soi…En  2018, l’Observatoire a présenté au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles le rapport d’évaluation du décret sur le Conseil de la jeunesse, ainsi que son analyse des dispositifs de participation citoyenne des jeunes. Nous avons également produit, sur base d’une recherche lancée en 2017, un manuel pratique à destination des professionnel.le.s désirant consulter de jeunes enfants par voie de questionnaire (voir notre recherche sous la loupe) et ainsi prendre en compte leurs avis.

La FWB n’est pas seule, et c’est parfois en-dehors de nos frontières que nous devons allez chercher les synergies. Notre participation aux journées de la prévention spécialisée à Nantes en novembre 2018 nous a permis de nous ressourcer auprès de praticiens chercheur.e.s et d’esquisser de nouvelles collaborations (voir notre échappée). 

Recherches, Evaluations, outils pratiques, Etat des lieux de l’enfance et de la jeunesse… toutes nos réalisations de 2018 sont recensées sous l’onglet « nos réalisations »…Bonne lecture !

Anne-Marie Dieu

Coordinatrice a.i.


[1] Cliquez ici pour découvrir la vidéo.

Retour au sommaire de la lettre d'infos.