Observatoire de l'Enfance, de la Jeunesse et de l'Aide à la Jeunesse

Évaluation du décret de 2000 des centres de jeunes

L’évaluation de ce décret est prévue dans son article 52bis §2 (inséré le 3 mars 2004) qui stipule que :

Art. 52. -

[…] § 2. Le Gouvernement procède à une évaluation du présent décret tous les cinq ans à dater de son entrée en vigueur. 

Le Gouvernement attribue à l'Observatoire de l'Enfance, de la Jeunesse et de l'Aide à la Jeunesse la mission de piloter ce processus d'évaluation, en association avec la Commission consultative des Maisons et Centres de Jeunes. Les modalités de cette évaluation sont arrêtées par le Gouvernement. 

Cette évaluation est communiquée par le Gouvernement au Parlement de la Communauté française dans un délai de six mois à dater de l'expiration du délai de cinq ans visé à l'alinéa 1er. 

Le Gouvernement assure, par la voie de ses services, la publication de cette évaluation.

Pour différentes raisons politiques et institutionnelles, la première évaluation de ce décret n’a pu être entamée qu’en 2015.

L’évaluation de ce décret se base sur une note méthodologique initiale portant sur les points d'attention à intégrer lors des évaluations de décret dans le secteur jeunesse, rédigée par l’Observatoire en avril 2014 et adoptée par le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, à l’issue de l’évaluation des dispositifs particuliers des organisations de jeunesse, et d’une deuxième note proposant une méthodologie pour le nouvel exercice évaluatif, présentée et acceptée en Commission Consultative des Maisons et Centres de Jeunes (CCMCJ), l’évaluation de l’ensemble du décret a débuté en avril 2015. Un processus similaire a été mené en parallèle avec les organisations de jeunesse. Cette autre évaluation est également en ligne sur la page "Évaluation du décret de 2009 des organisations de jeunesse" et téléchargeable en fin d'article. .

La présente évaluation vise à améliorer l’adéquation entre le cadre légal et les réalités de terrain et à éviter l’institutionnalisation d’éventuels effets pervers. Pour ce faire, le champ de l’évaluation a été circonscrit à l’analyse des facteurs facilitants et des éléments de freins contenus dans le texte du décret, au regard des finalités assignées au secteur. 

Afin d’associer la CCMCJ comme le prescrit le décret et dans un souhait d’évaluation participative, l’Observatoire a mis sur pied un comité de pilotage réunissant des représentant.e.s de l’administration de la FWB, un représentant du cabinet de Mme la Ministre de la Jeunesse et 9 repésentant.e.s de la CCMCJ. Ce Comité de pilotage a été associé à toutes les grandes phases du processus évaluatif.

L’évaluation s’est basée sur différentes sources de données : documentation, données administratives, enquête quantitative auprès des organisations de jeunesse et focus-groups sur des thématiques spécifiques. 

Le taux de réponse au questionnaire est de 80 % avec une bonne représentation des différents types de centres de jeunes. Par ailleurs, 26 centres de jeunes différents ont participé à un ou plusieurs focus groups (41 représentants au total). Un focus group a également été organisé avec les représentant.e.s des fédérations de CJ. 

La participation des associations de terrain à cette évaluation a donc été large et représentative.

Le rapport final a été rédigé par l’Observatoire et transmis à Mme la Ministre de la Jeunesse le 31 mars 2017. La procédure évaluative a fait l’objet d’un avis positif de la CCMCJ en mai 2017. Le rapport a été transmis au Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles et déposé au Parlement en juillet 2017. Il revient à présent aux acteurs politiques et associatifs de s’emparer des résultats et de faire évoluer le cadre décrétal en conséquence.