Observatoire de l'Enfance, de la Jeunesse et de l'Aide à la Jeunesse

Le chiffre clé

7 millions d’euros pour enrayer le phénomène des « enfants parqués »

© Direction Communication - PROF/MCF/Jean-Michel Clajot

Faute de place dans des structures d’accueil adaptées, de jeunes enfants peuvent faire l’objet de mesure de placement, plus ou moins longues, à l’hôpital, alors que leur état de santé ne le nécessite pas. Ces enfants ont été qualifiés d’ « enfants parqués » et leur sort préoccupe depuis plusieurs années les acteurs des secteurs concernés ainsi que des associations de défense des droits de l’enfant(1)

En 2014, l’administration de l’Aide à la Jeunesse recensait 275 enfants de moins de 6 ans ayant fait l’objet d’une mesure d’hospitalisation prise par un conseiller de l’aide à la jeunesse, un directeur de l’aide à la jeunesse ou un juge de la jeunesse. Ce sont les arrondissements du Hainaut et de Bruxelles qui étaient les plus touchés par cette problématique(2).

La question des « bébés et enfants parqués » a également été débattue au sein du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles et a donné lieu à une résolution adoptée à l’unanimité en mars 2016(3). Parmi les demandes formulées au Gouvernement figurait notamment le fait de « dégager d’urgence les moyens nécessaires pour des places supplémentaires, tant au niveau des services d’accueil de l’aide à la jeunesse que dans les Services d’Accueil Spécialisés de la Petite Enfance (SASPE) ».

Le 17 octobre dernier, le ministre de l’Aide à la Jeunesse, Rachid Madrane, et la ministre de l’Enfance, Alda Greoli, ont annoncé conjointement que près de 7 millions d’euros avaient été dégagés lors de l’élaboration du budget 2017 de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour mettre en place une série de mesures visant à enrayer le phénomène. 

Ainsi, sur les budgets de l’Aide à la Jeunesse, il est notamment prévu de créer deux centres d’accueil d’urgence, de nouvelles places résidentielles dans les Services d’accueil et d’aide éducative et de nouvelles possibilités de prise charge en famille d’accueil d’urgence. Du côté du budget de l’Enfance, les SASPE seront financés à 100% de leurs besoins (ce qui devrait permettre l’engagement de deux personnes supplémentaires) et 28 places supplémentaires seront créées. La prévention est également renforcée avec, notamment, la création de 30 lieux de rencontre parents-enfants.

La prise en compte de la question des « enfants parqués » permet ainsi de reconsidérer le placement des enfants dans différentes structures et de mieux l’adapter à leurs différentes réalités de vie. 

Pour une approche réflexive  sur la manière de quantifier le placement d’enfants : Anne Swaluë, « Du placement d’enfants : Définir et quantifier pour réaliser les droits des enfants placés », En'jeux, n°1, juillet 2013, OEJAJ, Bruxelles. http://www.oejaj.cfwb.be/index.php?id=enjeux#c30243


(1) Un état des lieux réalisé par la Coordination des ONG pour les droits de l’enfant (la CODE) a été réalisé sur la question. Il sera disponible dans son intégralité en décembre 2016

(2) Analyse réalisée à la demande du Ministre de l’Aide à la Jeunesse, téléchargeable à l’adresse : www.aidealajeunesse.cfwb.be/index.php

(3) http://www.pfwb.be/le-travail-du-parlement/doc-et-pub/documents-parlementaires-et-decrets/documents/001501232

Retour au sommaire de la lettre d'infos.