Observatoire de l'Enfance, de la Jeunesse et de l'Aide à la Jeunesse

L’apport des groupes participatifs d’enfants et jeunes (usagers ou bénéficiaires) à la conception, la mise en œuvre, le suivi ou l’évaluation de services sociaux. Enseignements tirés d’expériences.

L’Observatoire de l’Enfance, de la Jeunesse et de l’Aide à la Jeunesse (OEJAJ) a lancé, en 2015, une recherche documentaire portant sur des dispositifs impliquant des enfants et des jeunes usagers de services dans la conception, la mise en œuvre, le suivi ou l’évaluation de ces services. Il s’agissait de s’interroger prioritairement sur des expériences (belges ou étrangères) mises en œuvre à un niveau local dans le cadre de services sociaux.

Cette recherche a été confiée au CESEP. Elle s’est déroulée en deux temps :

Portrait de 16 expériences

Dans un premier temps, le CESEP a sélectionné seize expériences qu’il jugeait les plus significatives en termes de participation des enfants et jeunes.  Les chercheurs ont dressé le portrait des dispositifs mis en place au travers d’une grille d’analyse permettant notamment d’appréhender différentes dimensions de la participation. Il s’agit d’expériences de participation d’enfants et de jeunes mises en œuvre au niveau de la Belgique mais également en Europe (France, Royaume-Uni, Espagne) et même au Brésil.

Analyse de 5 expériences

Une analyse plus approfondie a été réalisée sur cinq dispositifs pour lesquels une information plus détaillée pouvait être obtenue, soit grâce à un accès à une documentation importante autour d’une expérience, soit grâce à la réalisation d’un entretien avec une personne ressource. 

Ont ainsi été retenues les expériences suivantes :

Le Lycée autogéré de Paris, dans lequel les élèves sont amenés à participer à des actions et décisions se rapportant à la vie de l’établissement ;

La petite maison – ACIS ASBL, à Chastre, qui est une structure psychiatrique prenant en charge des enfants et adolescents accordant une place importante à la participation des jeunes au sein de l’institution ;

L’Espace Jeunes de Marchienne-au-Pont, qui permet d’aborder la question du développement de la participation des jeunes au sein du quartier, et où existe notamment un « groupe projet » destiné aux jeunes ;

• Les Jardins à l’école, à Gilly, qui représente un projet pédagogique autour du jardinage possédant une dimension d’inclusion sociale et de mobilisation des enfants et des parents au sein de l’école ;

• La mise en œuvre du programme « European Peer Training » à Visé, qui associe une école et une AMO (Reliance) dans la mise en œuvre d’une méthode de formation participative impliquant des jeunes en vue de promouvoir la lutte contre les préjugés et les discriminations.

S’appuyant sur les recherches documentaires et les entretiens réalisés, les chercheurs ont estimé particulièrement intéressant de proposer quelques éléments de réflexion autour de la notion de participation et de l’élargir afin de prendre en considération toute la dimension d’idéal démocratique qu’elle renferme. Certaines expériences de participation d’enfants et de jeunes à des activités socioculturelles et pédagogiques sont ainsi mises en avant, la participation étant ici entendue comme vecteur d’inclusion sociale. 

À télécharger (PDF) :