Observatoire de l'Enfance, de la Jeunesse et de l'Aide à la Jeunesse

Les affiliations des jeunes de 12 à 16 ans

L’Observatoire a lancé une enquête quantitative de grande d’envergure auprès de 1.500 jeunes pour connaître les pratiques d’affiliation des jeunes dans les quatre premières années du secondaire. Cette enquête est une véritable mine de données passionnantes et fiables sur les jeunes de 12 à 17 ans en FWB.

Cette enquête se divise en deux volets :

  • Le premier nous renseigne sur le profil des jeunes interrogés et leurs réalités de vie. Compte tenu de la rigueur scientifique avec laquelle l’échantillon a été constitué, les données sont extrapolables aux jeunes de la FWB dans leur ensemble.
  • Le second volet porte sur les pratiques d’affiliation des jeunes et leurs effets.

Enseignements de type "baromètre"

Le premier volet de cette recherche porte notamment sur les compositions familiales. On y apprend que, parmi les 40% de jeunes ayant vécu une séparation familiale, 67% vivent principalement avec leur mère, 18,5% connaissent un hébergement égalitaire et 14,5% vivent principalement avec leur père. 50% des jeunes interrogés déclarent vivre avec au moins 2 frères et sœurs au moins une partie du temps, ceci en raison des recompositions familiales.

Les pratiques de loisirs ont également été analysées. Leur analyse révèle par exemple que 30% des jeunes  ne partent pas une semaine complète en vacances par an ou encore que 50% des jeunes pratiquent une activité sportive de manière régulière (au moins une fois pas semaine) et que 98 % ont accès à un ordinateur et à une connexion Internet à domicile.

D’autres questions portent sur la mobilité, les langues parlées à la maison, le parcours scolaire, etc.

Les affiliations

Le deuxième volet de la recherche porte sur les affiliations des jeunes :

  • Quels sont les groupes, formels et informels que les jeunes rejoignent à partir de 12 ans ?
  • Quels sont les canaux et les motivations de l’affiliation ?
  • Quelles activités les jeunes développent-ils dans ces groupes ?
  • Quels sont les apports de ces groupes sur la construction de l’estime et de la confiance en soi, sur l’apprentissage des règles de la vie en société, sur la connaissance de soi, des autres et du monde ?
  • Tous les jeunes sont-ils égaux face à ces affiliations ? Quels sont les obstacles au processus d’affiliation ?

Autant de questions qui ont construit cette partie de la recherche. 

L’enquête révèle notamment que pour 38 % des jeunes, le groupe le plus important à leurs yeux est celui des  amis  avec lesquels ils pratiquent une activité sportive et que pour  27 % des jeunes, le groupe d’affiliation le plus important est celui des amis qu’ils et elles retrouvent juste « pour être ensemble » ou « faire des activités diverses ». (ces chiffres montent à 50 % si on prend en considération les deux groupes les plus importants pour les jeunes). C’est dans ce type de groupes qu’ils se sentent écoutés, soutenus, qu’ils ont l’occasion de « tomber les masques ». La composante de détente et de plaisir est essentielle dans les groupes « premiers » d’affiliation.

L’importance des groupes d’affiliation informels pour la sécurisation affective des jeunes et leur construction identitaire plaide pour un support à ces affiliations qui peuvent compenser des difficultés dans d’autres domaines (familial ou scolaire notamment). 

La recherche démontre aussi une inégalité dans l’accès aux affiliations formelles, inégalité liée à l’emploi des parents, à la composition familiale, à la situation scolaire ; ces facteurs se cumulant : les redoublants sont plus nombreux dans les familles où les parents sont sans emploi et dans les familles monoparentales. Le fait de ne pas partir en vacances est également corrélé à cette moindre fréquentation des groupes formels.  Cette inégalité d’accès est d’autant plus préoccupante que les jeunes qui adhérent à divers groupes d’affiliation formels révèlent une meilleure connaissance de leurs droits et une plus grande confiance en eux. Par ailleurs, une série de jeunes désignent ces groupes « formels » comme des groupes qu’ils aimeraient rejoindre. 

Il y a donc bien un enjeu d’égalité sociale qui se joue à travers le soutien aux affiliations formelles des jeunes. 

À télécharger :

Le premier volet (enseignement de type "baromètre") est disponible ici : Les affiliations des jeunes de 12 à 16 ans : volet I

Le second volet (enseignements sur les affiliations) est disponible ici : Les affiliations des jeunes de 12 à 16 ans : volet II

Les annexes sont disponibles ici : Affiliations : annexes

Le résumé (en Français) est disponible ici : Affiliations : résumé

Le résumé (en Anglais) est disponible ici : Affiliations : abstract