Observatoire de l'Enfance, de la Jeunesse et de l'Aide à la Jeunesse

Le placement d'enfants en Fédération Wallonie-Bruxelles

Définir et quantifier le placement d'enfants en Fédération Wallonie-Bruxelles

Le manque de données quantitatives relatives au placement d’enfants est fréquemment dénoncé au niveau international. Disposer de données fiables relatives aux enfants est pourtant essentiel pour éclairer le pilotage des politiques publiques, comme le rappelle fréquemment le Comité des droits de l’enfant des Nations Unies.

Si le placement peut difficilement être quantifié, c’est plus largement que sa définition ne fait pas consensus. L’attention particulière à accorder aux enfants séparés d’avec leur famille, de même que les données erronées parfois présentées en matière de placement, nous ont dès lors incités à approfondir cette question par un essai de définition et de quantification du placement en Fédération Wallonie-Bruxelles, en compilant les données existantes au sein des différents services. Quelques indicateurs relatifs aux placements ont également été testés.

Nb. : Ce travail a été réalisé dans le cadre du Certificat universitaire en approche interdisciplinaire des droits de l’enfant.

Notre recensement a dénombré 10 439 enfants placés en FWB (marge d'erreur : 500 enfants), principalement dans les secteurs de l’aide à la jeunesse et du handicap, mais aussi dans le secteur de la santé mentale, de la justice ou encore de l’asile. Un tiers de ces enfants sont placés en familles d’accueil, tandis que deux-tiers résident en institutions.

Ces données montrent  que le placement n’est pas un phénomène marginal mais qu’il concerne au contraire plus de 1% des enfants en FWB. Il s’agit par ailleurs d’un processus intersectoriel dont les interstices et chevauchements doivent être mis en lumière.

Autres éléments importants mis en lumière dans ce Working Paper :

  • la progression du nombre de prises en charge en internats scolaires, financées par l’Aide à la jeunesse (1127 enfants en 2010, soit 60% de plus qu’en 2005) ;
  • l’envolée du nombre de mineurs étrangers non accompagnés (augmentation de 64% entre fin 2010 et fin 2011) ;
  • la mise à jour des statistiques en matière de placements d’enfants de moins de 3 ans : environ 750 enfants de moins de 3 ans étaient placés en 2010, que ce soit en institutions ou en familles d’accueil, c’est-à-dire 0,4% des enfants de 0 à 3 ans en FWB.

Concernant le placement des enfants de moins de 3 ans, les statistiques compilées situent la Belgique en milieu de classement par rapport aux pays européens. Or, dans ces recommandations à la Belgique en 2010, le Comité des droits de l’enfant avait pointé la FWB comme souffrant du plus haut taux de placement des enfants de moins de 3 ans en Europe. Ce constat s’appuyait sur des données récoltées par l’OMS dans le cadre du programme Daphne de l’Union européenne, que le recensement effectué par l’Observatoire dément désormais formellement. Ces données ne peuvent dès lors plus être considérées comme des références en FWB. 

À télécharger :

"Du placement d'enfants : définir et quantifier pour réaliser les droits des enfants placés", Working Paper.

Annexe : Tableau récapitulatif des lieux de placement en Fédération Wallonie-Bruxelles. 

Ce Working Paper est une publication de la série "En'Jeux"